Avertissement :

Avis à la clientèle convoquée au 900, place D'Youville, à Québec

Fermeture du stationnement Chauveau : veuillez consulter les actualités au bas de la page d'accueil afin de connaître les stationnements disponibles à proximité du bureau du Tribunal situé au 900, place D'Youville, à Québec.

Mesure de représailles à cause de l’exercice d’un droit prévu à la Loi sur les normes du travail

Un salarié qui croit être victime d'une mesure de représailles (congédiement, suspension, déplacement ou autre sanction) à cause de l’exercice d’un droit prévu à la Loi sur les normes du travailCe lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre (articles 122 et suivants) doit soumettre sa plainte à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Voici une liste non exhaustive de droits qui sont prévus à la Loi sur les normes du travail et pour lesquels il est interdit à un employeur de faire des représailles :

  • Une salariée est enceinte;
  • Un salarié travaille depuis plus de 3 mois pour le même employeur et s’absente pour une maladie ou un accident pendant un maximum de 26 semaines sur une période de 12 mois;
  • Un salarié prend congé pour des raisons familiales ou parentales;
  • Un salarié a fourni un renseignement à la CNESST ou y a déposé une plainte;
  • Un salarié fait l’objet d’une saisie-arrêt;
  • Un salarié est débiteur d’une pension alimentaire;
  • Un salarié réclame son salaire ou son bulletin de paie à son employeur. 

Rôle de la CNESST

Le salarié doit déposer sa plainte dans un délai de 45 jours suivant la mesure de représailles prise par l’employeur.

À la réception de la plainte, la CNESST offre son service de médiation au salarié et à l’employeur afin qu’ils trouvent une solution pour régler leur litige. Pour connaître tous les détails concernant ce recours, consultez le site Web de la CNESSTCe lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Si les parties ne parviennent pas à un règlement ou si elles refusent la médiation, la plainte est transférée au Tribunal administratif du travail.

Rôle du Tribunal administratif du travail

À la réception de la plainte, le Tribunal transmet un avis d’audience au salarié et à l’employeur. Si les parties le souhaitent, elles peuvent recourir gratuitement au service de conciliation du Tribunal pour tenter de régler leur litige à l’amiable. Si aucun règlement n’est conclu, elles sont entendues en audience par un juge administratif. Un avocat de la CNESST peut représenter le salarié lors de l’audience.  

Le Tribunal rend sa décision dans les 3 mois suivant la mise en délibéré de l'affaire.

En savoir plus sur la conciliation En savoir plus sur l’audience